SECONDE GUERRE MONDIALE Retour Index  ou retour frise


Résumé

Le 1 septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne. c'est le début du plus meutrier des conflits de l'histoire de l'humanité: au moins cinquante millions de morts. Désormais, la technique permet les destructions massives (Hiroshima) ou l'assassinat de masse (les camps de concentration). Il est possible de distinguer deux grandes phases dans la guerre: de 1939 à 1942, la guerre-éclair menée par Hitler est un succès. A partir de 1943, le Reich connaît ses premières défaites, avant de capituler sans condition le 8 mai 1945. Pour autant la guerre n'est pas finie, le Japon capitule seulement le 2 septembre 1942.

Développement

- I - Les événements 1939-1945

En septembre 1939 l’Europe plonge dans la guerre. A la stupéfaction générale Hitler vole de victoire en victoire. Avec l’entrée en guerre de l’U.R.S.S. et des États-Unis, le conflit devient vite mondial. Cette guerre la plus terrible de l’histoire de l’humanité va profondément transformé le monde.

- A - La guerre éclair 1939-1941

Quand la guerre éclate, les alliés (Royaume-Uni, France Pologne) semblent plus puissants que l’Allemagne. Ils sont plus nombreux (128 millions contre 85 millions), leur arsenal militaire et plus important et le Royaume-Uni contrôle les mers.

Mais entre les adversaires, la stratégie diffère. La France ne veut pas de cette guerre et adopte une stratégie de défense derrière la ligne Maginot, réputée infranchissable. Les blindées servent pour la défense et non pour l’attaque. Les Alliés compte sur le blocus maritime du Royaume-Uni pour asphyxier l’Allemagne. Français et Britannique n’ouvre pas de front à l’Ouest pendant qu’Hitler s’empare de la Pologne: c’est la " drôle de guerre " car il n’y a pas de combats.

Au contraire l’Allemagne a pour stratégie l’offensive. elle veut éviter une guerre longue car le pays manque de matières premières. La blitzkrieg repose sur l’utilisation combinée des divisions blindées et de l’aviation. Le but est de rompre le front et de mener une guerre de mouvement qui vise à encercler l’ennemi.

Le 1 septembre 1939, la Pologne est envahie, sans déclaration de guerre. Malgré l’héroïsme de la cavalerie polonaise qui charge les chars, en 4 semaines le pays tombe. Défaite d’autant plus inévitable que le 17 septembre les soviétiques envahissent l’Est de la Pologne.

La Pologne est alors partagée entre les Allemands et les Soviétiques. Les élites sont massacrés. Staline envahit la Finlande le 30 novembre 1939 et occupe le pays dès mars 1940. En août 1940, l’U.R.S.S. annexe les Pays Baltes. Ni la Pologne, ni la Finlande, ni les Pays Baltes n’ont reçu d’aide de la France ou du Royaume-Uni.

A l’Ouest il se passe 8 mois sans combat. Hitler parvient à se ravitailler en fer par la Suède grâce au port norvégien de Narvik. Une intervention franco-britannique contre la " route du fer " est décidée. Mais Hitler est plus rapide, il occupe le Danemark en avril 1940 puis la Norvège.

Le 10 mai 1940, la Wehrmacht attaque par surprise les Pays-Bas et la Belgique qui théoriquement sont neutres. Les armées franco-anglaises interviennent en Belgique. On pense alors que les Ardennes sont un rempart naturel contre les chars allemands. Le 14 mai ces mêmes chars percent les lignes françaises à Sedan, là où s’interrompt la ligne Maginot. Les Allemands se ruent sur la Somme pour encercler les armées franco-britanniques. Celles-ci contenues dans la poche de Dunkerque s’échappent vers le Royaume-Uni sous les bombardements.

Fin mai, les Pays-Bas et la Belgique ont capitulé. Dès le 6 juin l’offensive allemande reprend vers Paris. Le 10 juin l’Italie entre en guerre contre la France. Le 14 juin les Allemands entrent à Paris.

Le maréchal Pétain forme un gouvernement et demande l’armistice le 17 juin 1940. Le 18 juin de Londres le général de Gaulle lance un appel à la résistance. La France a été vaincue en 5 semaines, la moitié du pays est occupée par les Allemands qui ont fait prisonniers 2 millions de soldats.

Le Royaume-Uni reste le dernier rempart de la démocratie en Europe. A sa tête se trouve Winston Churchill depuis le 10 mai 1940. D’août à octobre 1940 c’est la bataille d’Angleterre qui oppose l’Allemagne au Royaume-Uni pour la maîtrise du ciel. Grâce au RADAR les Britanniques sont victorieux. Mais ils ont besoin d’être ravitaillé par les Américains via l’Atlantique: c’est l’enjeu de la bataille de l’Atlantique.

En Afrique, les Britanniques se battent contre les Italiens (Égypte) et interviennent en Grèce pour repousser une invasion italienne. L’intervention allemande, mais aussi hongroise et roumaine permet la conquête de la Grèce, et de la Yougoslavie en 1941.

- B - La guerre devient mondiale

Le 22 juin 1941, Hitler déclenche l’opération " Barbarossa ", c’est-à-dire l’offensive à l’Est. Cette offensive entre dans le cadre de la conquête de l’espace vital et de la lutte contre le communisme. C’est 5,5 millions de soldats qui sont envoyés sur le front russe. En 3 mois les États Baltes, l’Ukraine (grenier à blé) et la Biélorussie sont occupés. Leningrad est assiégé. Mais en décembre, alors que l’hiver a été précoce, l’offensive s’arrête devant les portes de Moscou. Staline lance un appel à une guerre patriotique. La guerre-éclair échoue en Russie.

Dès 1941, les États-Unis apportent un soutien actif aux adversaires de l’axe. Ce soutien se traduit par une loi prêt-bail qui concerne même l’U.R.S.S. Mais les États-Unis n’interviennent pas encore militairement.

Le 7 décembre 1941, des avions japonais détruisent la flotte américaine du Pacifique à Pearl Harbor, les États-Unis entrent en guerre contre l’axe.

A la mi-42, l’Axe atteint sa plus forte extension territoriale. en août 1942, les Allemands atteignent Stalingrad et le Caucase. La guerre s’étend en Afrique du nord où les Britanniques après avoir repoussé les Italiens de l’Éthiopie et de la Libye affrontent l’Afrika Korps de Rommel. Ce dernier pénètre en Égypte et arrive à 80 km du Caire, à El-Alamein (juillet 1942).

Même si l’Axe est à son apogée au début de 1942, toutes ses offensives sont stoppées à la fin de l’année.

C - La victoire des Alliés

Dans le Pacifique, les offensives japonaises sont stoppées par les batailles aéronavales de la mer du Corail (mai 1942) et de Midway (juin 1942). Dans les îles Salomon, les Américains conservent après de durs combats Guadalcanal.

En Afrique du nord, le Général anglais Montgomery stoppe l’offensive de Rommel à El-Alamein en octobre 1942. Pour la première fois, l’Afrika Korps doit reculer. En novembre 1942, les Anglo-américains débarquent au Maroc et en Algérie: en réaction la zone libre en France est occupée par les Allemands, la flotte française basée à Toulon se saborde, les troupes françaises basées en Afrique du nord jusque là fidèle à Pétain, rejoignent les Alliés.

En Septembre 1942 s’engage la bataille de Stalingrad. Les Allemands ne parviennent pas à s’emparer de l’ensemble de la ville. Celle-ci est détruite à 90% mais résiste avec acharnement. En novembre 1942, les Soviétiques lancent une offensive et réussissent à encercler les troupes allemandes. En février 1943, le maréchal Paulus se rend: c’est la première défaite de la Wehrmacht qui perd près d’un million d’hommes à Stalingrad.

En juillet 1943, les Allemands tentent une nouvelle offensive vers l’Est. C’est l’opération " Citadelle " qui voit la plus grande bataille de chars de l’Histoire (2.200.000 soldats, 4.400 avions, 6.300 chars). C’est un échec. Désormais c’est l’armée Rouge qui aura toujours l’initiative.

D’Afrique du Nord, les Alliés débarquent en Sicile (juillet 1943) ce qui provoque la chute de Mussolini qui est emprisonné. En septembre 1943, les Italiens signent un armistice, aussitôt Hitler fait envahir l’Italie jusqu’à Rome et fait libérer Mussolini.

L’opération " Overlord " permet le 6 juin 1944 le débarquement de Normandie (100.000 hommes commandés par Eisenhower). Un second débarquement a lieu en Provence le 15 août 1944. Paris est libéré le 25 août. En décembre 1944, l’ensemble du territoire français est libéré.

Sur le front Est les troupes soviétiques sont passés à l’offensive et volent de victoire en victoire. Seul la Yougoslavie se libère sans l’aide d’armées étrangères et grâce à sa seule résistance.

Dès février 1945, les troupes Alliés sont sur le sol allemand. Les troupes américaines et soviétiques font la jonction sur l’Elbe, à Torgau, le 26 avril 1945. Le 30 avril Hitler se suicide et l’Allemagne capitule le 8 mai 1945. Déjà le 28 avril Mussolini avait été exécuté par les Italiens.

Depuis 1943, les Japonais sont sur la défensive. Les Américains progressent par " sauts de puce ". Dès février 1945, ils atteignent les premières îles japonaises (Iwo-Jima et Okinawa). La résistance japonaise est acharnée (kamikaze), les combats sont très durs, les plus durs pour les troupes américaines. (Okinawa 155.000 morts américains et japonais en 82 jours).

L’état-major américain craint que la guerre s’éternise au Japon et pense que celle-ci ferait encore un million de morts. Le président Truman qui a succédé à Roosevelt en avril 1945, décide l’emploi de la bombe atomique: Hiroshima le 6 août 1945 et Nagasaki le 9 août. La capitulation du Japon est signé le 2 septembre 1945 et met fin à la Seconde Guerre mondiale.

- II - l’Europe sous la botte nazie

Victorieuse jusqu’en 1942, l’Allemagne nazie occupe la plus grande partie du continent européen. Dans la perspective d’une guerre longue, les Allemands mobilisent des millions de travailleurs étrangers pour répondre aux besoins de leur économie. Contre les juifs, les tziganes les nazis appliquent la Solution Finale.

- A - La " Solution finale "

Hitler veut le triomphe de la race aryenne, pour les nazis la guerre est une guerre d’anéantissement et celle-ci se déroule en Europe.

Les premiers camps de concentration sont ouverts en 1933, ils sont destinés aux opposants et aux résistants. L’administration des camps est confié aux SS qui font appliquer les règlements par des chefs de blocs: les kapos. La mortalité dans les camps est très élevée: travail forcée, maladies, expériences chirurgicales, exécutions sommaires... Pourtant ces camps ne sont pas encore les camps d’extermination.

Les nazis diabolisent les juifs. Ils les concentrent d’abord dans des ghettos, comme à Varsovie (500.000 juifs entassés dans un quartier de la ville). En Europe, les nazis font le recensement des juifs, de nombreuses professions leurs sont interdites.. L’inscription juif est apposée sur leurs papiers d’identité et dès 1942 le port de l’étoile jaune est obligatoire.

Les nazis veulent " apporter une solution finale au problème juif ". Des groupes d’intervention, les einsatzgruppen, sont chargés d’exécuter tous les juifs de la Russie occupée (camion de la mort).

La décision de liquider physiquement tous les juifs d’Europe dans des camps spéciaux - les camps de concentration - a été prise par Hitler en août ou septembre 1941. Elle est confirmée, le 20 janvier 1942, lors de la conférence de Waansse.

Les camps d’extermination se situe en Pologne, le plus important étant Auschwitz-Bikernau. Un million de juifs et de tziganes y sont exterminés. C’est par train que les déportés arrivent aux camps. Après une longue route meurtrière pour les plus faibles, un premier tri est fait à l’arrivée entre les travailleurs forcés et ceux destinés à la chambre à gaz. La première utilisation d’une chambre à gaz pour exécuter les juifs est attesté en mars 1943: 1492 personnes d’un convoi de 2000 juifs du ghetto de Varsovie sont gazées.

L’extermination systématique des juifs et des tsiganes, plus de 5 millions de morts, fait parler de génocide, soit de la volonté de détruire un peuple.

- B - " l’Ordre nouveau européen " 

En 1941, le III° Reich domine l’Europe de l’océan glacial Articque à la Méditerranée et de la Bretagne au Caucase. Les pays conquis font soit partis du Grand Reich (Autriche, Bohême-Moravie, une partie de la Pologne, l’Alsace et la Lorraine, le Luxembourg et la Slovénie). D’autres États ont le statut de vassaux mais garde un gouvernement propre (France et Croatie). D’autres régions stratégiques sont sous administration militaire allemande (Belgique, Nord-Pas-de-Calais, Grèce, Serbie). Enfin les autres pays sont sous administration civile allemande (Pologne, Ukraine, Pays-Bas, pays Baltes).

Les nazis fondent un " ordre nouveau " censé duré 1000 ans: germanisation de l’Europe de l’Est, conquête de l’espace vital, apologie du racisme, réduction à l’esclavage des slaves.

Dans la plupart des pays occupés, les chefs nationaux des partis collaborationnistes prônent une idéologie fasciste ou nazie. Ils portent l’uniforme allemand et appellent à combattre les Alliés. Exemple, Jacques Doriot et le Parti Populaire Français, ou de la milice de Joseph Darnand. La Seconde Guerre mondiale est donc avant tout une guerre d’idéologie.

La résistance est organisée par des gouvernements légitimes exilés à Londres (Hollande, Pologne) mais aussi par de simples citoyens qui refusent la défaite et l’occupation nazie. La BBC, la radio anglaise sert de lien entre ces deux résistances.

En 1940, les résistants sont peu nombreux, leur nombre va croître avec les premières défaites nazies. L’institution du STO (Service du Travail Obligatoire en 1943 va gonflée les effectifs de la résistance. Parfois il y a des combats entre les différents groupes de résistances, ainsi en Grèce, les monarchistes essaient de limiter l’influence de la guérilla communiste et en Yougoslavie, les résistants communistes dirigés par Tito combattent les résistants nationalistes.

La résistance d’abord isolée, s’organise rapidement en réseaux. Les résistants, appelés terroristes par les Allemands et les collaborateurs mènent des actions de sabotages, de renseignements et d’attentats.

Il y a eut aussi une résistance dans les pays de l’Axe. En Allemagne le réseau le plus célèbre est celui de la " rose blanche " constitué d’étudiants en médecine d’obédience catholique. Les chefs seront décapités à la hache. Le 20 juillet 1944, un groupe d’officier allemand tente d’assassiner Hitler, c’est un échec.

Face à la résistance les nazis sont obligés de mobilisés de nombreuses troupes pour pacifier les pays. Ils organisent des actions de représailles (exécution d’otages...) comme à Ascq dans le Nord en avril 1944 (86 morts) ou à Oradour-sur-Glane dans le Limousin en juin 1944 (642 morts). La Gestapo utilise systématiquement la torture pour faire parler les résistants avant soit de les exécuter soit de les faire disparaître dans " la nuit et le brouillard " (camps de concentration).

Retour Index  ou retour frise